عربي
Les engagements de Ghazouani les plus importants en faveur des « groupes défavorisés »


Moukhtar Ould Dahi, ancien ambassadeur
Le candidat de « l’avenir sûr » Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Ghazouani a présenté son programme électoral, une engagement moral, un pacte qui a u sens pour lui, entre lui et le peuple mauritanien cet après-midi au Palais des Congrès devant un parterre de personnalités politique et médiatique et un public venu nombreux des trois willaya de Nouakchott.
Le programme inclut des réponses concrètes à des « questions et problèmes » concrets qui touchent les préoccupations diverses du peuple mauritanien et se caractérise par une grande ambition mais réaliste et réalisable.
En ce qui concerne le premier élément dans le programme électoral de Ghazouani, je fais référence aux promesses les plus importantes concernant les catégories vulnérables que j’estime être la « Préoccupation nationale et urgente numéro 001 » est la question du traitement des griefs sociaux hérités et que le candidat désigne par les « groupes désavantagés » qu’il a décrite comme « les groupes ayant souffert socialement ou économiquement dans leur histoire »
Parmi les promesses les plus importantes du candidat Ghazouani relatives à la réhabilitation des catégories désavantagées :
I. Création d’un organe institutionnel gouvernemental de haut niveau et pourvu de ressources, placé directement sous la présidence de la République et exclusivement chargé de la promotion des groupes désavantagées ;
II. Allocation de 240 milliards d’ouguiyas au cours de la période quinquennale (40 milliards par an) au financement d’un bouquet de programmes et de mécanismes économiques et sociaux dans les zones où se trouvent ces groupes tels que les Adwaba et les périphéries des villes ;
III. Élimination progressive à compter de l’année scolaire 2020-2021 l’école privée dans le cycle de l’enseignement primaire et la remplacer par l’enseignement primaire public et public uniquement et dont les élèves sont en uniforme unique ;
Iv. l’octroi d’une rémunération, « cash transferts » d’un montant de 36 000 ouguiyas par trimestre à 100 000 familles pauvres, en plus des soins de santé complets dispensés à chaque membre de ces familles ;
V. Fourniture de 100 000 places dans l’enseignement préscolaire aux enfants des groupes défavorisés afin de leur fournir un enseignement de qualité dès le niveau préscolaire ;

VI. Mettre en place une réforme agraire urgente qui affirme et renforce les droits des communautés productives aux terres fertiles, en plus de la réhabilitation de 25 000 hectares au profit des groupes défavorisés.

Voir tout les articles de : Echos

actualitéS